Décennies

Voici les jeunes hommes, le poids sur leurs épaules
Voici les jeunes hommes, où sont-ils passés ?
Nous avons frappé aux portes de la chambre de l’Enfer la plus sombre
Poussés aux limites, nous nous sommes traînés là
Nous avons regardé depuis les coulisses les scènes se rejouer
Nous nous sommes vus comme jamais auparavant
Portrait du traumatisme et de la dégénérescence
Les peines que nous avons endurées et qui n’ont jamais cessé

Où sont-ils passés ?
Où sont-ils passés ?
Où sont-ils passés ?
Où sont-ils passés ?

Las de vivre, maintenant notre coeur est perdu à jamais
Impossible de remplacer la peur, ou l’excitation de la poursuite
Ces rituels ont ouvert la porte à nos errances
Ouverte puis refermée, puis claquée au visage

Où sont-ils passés ?
Où sont-ils passés ?
Où sont-ils passés ?
Où sont-ils passés ?

***

Joy Division – Decades (sur l’album « Closer »)

Le chiffon

Chaque soir, dans l’espérance du sommeil
Je sens que le jour vient où mon travail, ma vie
Ces quelques livres, ces points, ces virgules
Ne seront plus que pierres roulées dans le fracas
De l’incompréhensible torrent qui nous guide
si l’amour de mon corps cesse de préserver ma vie
Tel l’enfant qui s’endort accroché au chiffon
A la protégeante odeur de sa mère
Fais que je sois toujours dans l’abondance de l’éveil

Henry Bauchau – Août 2010