Oshinn ReidC’est l’automne,
je tiens ta main,
les feuilles exposées au vent,
comme les mouches
à viande goulues,
s’envolent
du pommier
incapable
d’oublier.

***

Károly Fellinger

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Károly Fellinger – Pièce amoureuse

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s