Ousmane Sow – Je ne peux m’imaginer un homme parfait

ousmane_sow_guerrierÊtre libéré de cette mentalité
grecque qui voulait que l’homme
qu’il représente soit parfait : moi,
ce n’est pas mon souci, car j’ai vu
des personnes difformes qui une fois
habillées sont méconnaissables.
Le corps n’est pas parfait.
Quand quelque chose n’est pas à
sa place, il faut parfois le laisser,
ça peut donner de la puissance à
l’ensemble. Dans mon esprit, je ne
peux m’imaginer un homme parfait.

Je m’adresse
à tout le monde, aussi bien les
racistes que ceux qui ne le sont
pas. Je ne comprends pas ce
qui se passe aujourd’hui. On était
bien accueilli, même sans le
solliciter. Il faut avoir la
franchise de dire que la France vit
avec un phénomène néfaste qui se
diffuse.

***

Ousmane Sow

Jointeur 47

 

JOINTEUR 47

Mouss Stick

Entre-prises de confection, fabrication et réparation de joints faits maison

*

Travaille toute l’année au black and white spirit,
même au mois de joint

*

Jointeur sur plaques de résine naturellement élaborée par nos soins

*

Joints d’occasion millésimés
Meilleures années : 1881 – 1914 – 1968 – 2012

*

Numéro 1 de la jointerie en France

*

Vous pouvez nous joooiiintdre même défoncé au téléphone et à toute heure…

Mouss Stick

Monsieur Mouss Stick, 8 rue de la Soufflette à Jointville-sur-Mer 000000

Le grand soir

« Le Grand Soir » 2012
film des Grolandais Gustave Kervern et Benoît Delépine
avec Benoît Poelvoorde & Albert Dupontel
*
Un festival d’humour, de poésie, de connerie, de dialogues subtils, de profondeur et d’humanité.
L’histoire de 2 frères, Not le punk déjanté, Dead le vendeur de literie bien barré et
8.6 le chien trop chou.
Hyper bien joué et filmé avec une B.O d’enfer.
Des acteurs géniaux.
Accompagné d’une 8.6, à consommer sans modération. Faut pas hésiter.
*

grand_soir6

NOT DEAD

*

grand_soir7

« On est tous des punks à chien. »

*

grand_soir3

« Et ta connerie elle est pas aux normes ? »

 *

grand_soir

« Depuis que je te fréquente je sens mieux les gens. »

 *

grand_soir11

« Papa. T’aurais dû nous prévenir que c’est dur, la vie. »

*

grand_soir10

« Je suis libre, mais j’en bave. »

*

grand_soir8

« La vérité elle est beaucoup trop belle pour que tu puisses la supporter. »

*

Benoît Delépine & Gustave Kervern - Paris 28 janvier 2016

*

Merci Benoît et Gustave

Bienvenue au Restaurant Pourriture 47

Restaurant Pourriture 47

Restaurant « POURRITURE 47 »

Rue de la déchetterie – 47160 Buzet sur Baise
Restaurant convivial et bien crade

♠♠♠

Plat du jour :

Poulet fourré au rat crevé
Avec émincé de cafard gras
Salé aux crottes de nez

Poulet

Boisson :

Cocktail d’urine de vieux chameau
Et de sperme de calicoba

Urine de chameau

Prix du menu entre 45 et 60 euros

Testé et approuvé par de grands chefs étoilés :

Philippe Escabèche, Joël Reblochon, Gardon Ramsay

et de grands invités prestigieux :

Vladimir Poutine, Cyril Hanouna, Gérard Depardieu, Catherine Deneuve, Enora Magret et Louane

Livraison gratuite à domicile par hélicoptère

Buzet sur Baïse

Pépée

***

Léo Ferré – Pépée

T’avais les mains comme des raquettes
Pépée
Et quand j’ te f’sais les ongles
J’ voyais des fleurs dans ta barbiche
T’avais les oreilles de Gainsbourg
Mais toi t’avais pas besoin d’ scotch
Pour les replier la nuit
Tandis que lui… ben oui !
Pépée

T’avais les yeux comme des lucarnes
Pépée
Comme on en voit dans l’ port d’Anvers
Quand les matins ont l’âme verte
Et qu’il leur faut des yeux d’ rechange
Pour regarder la nuit des autres
Comme on r’gardait un chimpanzé
Chez les Ferré
Pépée

T’avais le cœur comme un tambour
Pépée
De ceux qu’on voit le vendredi saint
Vers les trois heures après midi
Pour regarder Jésus-machin
Souffler sur ses trent’-trois bougies
Tandis que toi t’en avais qu’huit
Le sept avril
De soixante-huit
Pépée

J’ voudrais avoir les mains d’ la mort
Pépée
Et puis les yeux et puis le cœur
Et m’en venir coucher chez toi
Ça changerait rien à mon décor
On couche toujours avec des morts
On couche toujours avec des morts
On couche toujours avec des morts
Pépée

***

Léo Ferré, cet homme plein de poésie, qui d’un seul mot, d’une seule phrase, vous faisait frissonner et parfois sangloter. Il était attendrissant et d’une grande sincérité.
Je lui rends hommage avec cette émouvante chanson qui raconte l’histoire d’amour qu’il a eu avec sa femelle chimpanzé Pépée, morte assassinée sur les ordres de son épouse Madeleine.

***

Requiem for a love

«Un jour ma femme m’a dit qu’elle en aimait un autre. Et quelque chose de remarquable s’est produit. Le lendemain, je priais pour elle, et je me suis entendu remercier Dieu. Je m’entends car je prie à voix haute. Ce n’est pas pareil d’entendre quelque chose et d’y penser. Donc, en priant, je me suis entendu remercier Dieu car elle avait quelqu’un à aimer, quelqu’un avec qui partager sa vie, partager son corps, partager son dieu. Ca ma tout simplement transformé, ça a engendré une de mes expériences les plus puissantes. C’est là que j’ai pris conscience, dans tout mon être, que j’avais la capacité d’aimer, que je l’avais toujours eue. Mais quand ma femme m’a quitté, j’ai souffert en mon coeur comme jamais. Pour moi, avoir le coeur brisé n’était qu’une expression, j’ignorais que c’était une réalité physique, c’était incroyable. Je crois qu’en un sens, j’avais résolu d’être inconscient, donc victime, de mes décisions. Je n’étais pas responsable de ma souffrance atroce. Et ce n’est pas vrai. Donc, ce qui s’est passé, quand j’ai appris que ma femme aimait quelqu’un, au lieu de céder à la rancune et à une terrible haine, comme avant dans de telles situations, à des fantasmes affreux, hideux, pleins de haine, qui me consumaient et m’empoisonnaient… Au lieu de cela, j’ai juste pris la décision d’aimer. Et j’ai fait ce qu’il fallait, j’ai prié pour elle, j’ai rendu grâce pour elle, et alors tout le reste s’est produit. Donc, quand je me crois prisonnier en enfer, en réalité, je suis aux portes du paradis ! Mais il faut que je me rende, que je livre mon être afin de pouvoir m’éveiller au seuil du paradis.»

*

Extrait de l’interview de Hubert Selby Jr dans le documentaire de Ludovic Cantais « Hubert Selby Jr, 2 ou 3 choses (1999)

*

Hubert Selby Jr (23 juillet 1928 – 26 avril 2004) est un écrivain américain. C’est l’auteur de Last Exit to Brooklyn, Le Démon, La Geôle et Retour à Brooklyn et le scénariste du film « Requiem for a Dream ».