Le grand soir

« Le Grand Soir » 2012
film des Grolandais Gustave Kervern et Benoît Delépine
avec Benoît Poelvoorde & Albert Dupontel
*
Un festival d’humour, de poésie, de connerie, de dialogues subtils, de profondeur et d’humanité.
L’histoire de 2 frères, Not le punk déjanté, Dead le vendeur de literie bien barré et
8.6 le chien trop chou.
Hyper bien joué et filmé avec une B.O d’enfer.
Des acteurs géniaux.
Accompagné d’une 8.6, à consommer sans modération. Faut pas hésiter.
*

grand_soir6

NOT DEAD

*

grand_soir7

« On est tous des punks à chien. »

*

grand_soir3

« Et ta connerie elle est pas aux normes ? »

 *

grand_soir

« Depuis que je te fréquente je sens mieux les gens. »

 *

grand_soir11

« Papa. T’aurais dû nous prévenir que c’est dur, la vie. »

*

grand_soir10

« Je suis libre, mais j’en bave. »

*

grand_soir8

« La vérité elle est beaucoup trop belle pour que tu puisses la supporter. »

*

Benoît Delépine & Gustave Kervern - Paris 28 janvier 2016

*

Merci Benoît et Gustave

Bienvenue au Restaurant Pourriture 47

Restaurant Pourriture 47

Restaurant « POURRITURE 47 »

Rue de la déchetterie – 47160 Buzet sur Baise
Restaurant convivial et bien crade

♠♠♠

Plat du jour :

Poulet fourré au rat crevé
Avec émincé de cafard gras
Salé aux crottes de nez

Poulet

Boisson :

Cocktail d’urine de vieux chameau
Et de sperme de calicoba

Urine de chameau

Prix du menu entre 45 et 60 euros

Testé et approuvé par de grands chefs étoilés :

Philippe Escabèche, Joël Reblochon, Gardon Ramsay

et de grands invités prestigieux :

Vladimir Poutine, Cyril Hanouna, Gérard Depardieu, Catherine Deneuve, Enora Magret et Louane

Livraison gratuite à domicile par hélicoptère

Buzet sur Baïse

Lambert Schlechter – Poème

Lambert Schlechter

elle m’avait demandé
en vain
pendant vingt ans d’arrêter
de fumer

je ne lui ai toujours promis qu’à moitié
ce n’était jamais le moment
et ce n’est toujours pas le moment

je fonctionne à ça
ne fonctionne qu’à ça
du matin au soir
dizaines d’ineffables bonheurs par jour
angoisse et euphorie inextricablement tressés

me tuer m’aide à vivre

et je note le mot tuer
l’arme brûlante / brûleuse à la main

***

Lambert Schlechter, poète luxembourgeois né en 1941

Les mots sont gros…

André SchmitzLes mots sont gros et forts.
Les chiens se terrent et les enfants
ont peur. Sur la table les
viandes auxquelles on ne touche pas
sont plus saignantes que jamais,
les laits plus pâles qu’à l’ordinaire.

Dehors les éboueurs passent et crient,
les poubelles sont vides et dans la
cuisine les cœurs sont infiniment gros.

***

André Schmitz, poète belge né en 1929

J’écrirai

Anthony Friedkin, Clockwork, Malibu (1978)

j’écrirai ce poème,
pour qu’il me donne
un fleuve doux
comme les ailes du toucan
j’écrirai ce poème
pour qu’il t’offre une aurore
quand il fait nuit
entre ta gorge et ton aisselle
j’écrirai ce poème
pour que dix mille marronniers
prolongent leurs vacances
pour que sur chaque toit
vienne s’asseoir une comète
j’écrirai ce poème
pour que le doute ce vieux loup
parte en exil
pour que tous les objets reprennent
leurs leçons de musique
j’écrirai ce poème
pour aimer comme on aime par surprise
pour respecter comme on respecte en oubliant
pour être digne
de l’inconnu de l’impalpable
j’écrirai ce poème
mammifère ou de bois
il ne me coûte rien
il m’est si cher
il vaut plus que ma vie

***

Alain Bosquet (1919-1998)