Requiem for a love

«Un jour ma femme m’a dit qu’elle en aimait un autre. Et quelque chose de remarquable s’est produit. Le lendemain, je priais pour elle, et je me suis entendu remercier Dieu. Je m’entends car je prie à voix haute. Ce n’est pas pareil d’entendre quelque chose et d’y penser. Donc, en priant, je me suis entendu remercier Dieu car elle avait quelqu’un à aimer, quelqu’un avec qui partager sa vie, partager son corps, partager son dieu. Ca ma tout simplement transformé, ça a engendré une de mes expériences les plus puissantes. C’est là que j’ai pris conscience, dans tout mon être, que j’avais la capacité d’aimer, que je l’avais toujours eue. Mais quand ma femme m’a quitté, j’ai souffert en mon coeur comme jamais. Pour moi, avoir le coeur brisé n’était qu’une expression, j’ignorais que c’était une réalité physique, c’était incroyable. Je crois qu’en un sens, j’avais résolu d’être inconscient, donc victime, de mes décisions. Je n’étais pas responsable de ma souffrance atroce. Et ce n’est pas vrai. Donc, ce qui s’est passé, quand j’ai appris que ma femme aimait quelqu’un, au lieu de céder à la rancune et à une terrible haine, comme avant dans de telles situations, à des fantasmes affreux, hideux, pleins de haine, qui me consumaient et m’empoisonnaient… Au lieu de cela, j’ai juste pris la décision d’aimer. Et j’ai fait ce qu’il fallait, j’ai prié pour elle, j’ai rendu grâce pour elle, et alors tout le reste s’est produit. Donc, quand je me crois prisonnier en enfer, en réalité, je suis aux portes du paradis ! Mais il faut que je me rende, que je livre mon être afin de pouvoir m’éveiller au seuil du paradis.»

*

Extrait de l’interview de Hubert Selby Jr dans le documentaire de Ludovic Cantais « Hubert Selby Jr, 2 ou 3 choses (1999)

*

Hubert Selby Jr (23 juillet 1928 – 26 avril 2004) est un écrivain américain. C’est l’auteur de Last Exit to Brooklyn, Le Démon, La Geôle et Retour à Brooklyn et le scénariste du film « Requiem for a Dream ».

Publicités