Loin de toi

Mihai Eminescu

Près du feu, loin de toi, me revient en mémoire
De ma triste existence la malheureuse histoire.
Il y a quatre-vingt ans que je suis né, je crois,
L’hiver même est moins vieux, tu n’es plus ici-bas.
Les souvenirs reviennent, un à un, me hanter,
Exhumer du passé mille riens oubliés.
De ses doigts gourds, le vent vient frapper au carreau,
Je me reprends à croire aux contes les plus beaux.
Il me semble te voir dans la brume passer ;
Tes grands yeux sont en larmes et tes mains sont glacées.
Tu te pends à mon cou dans une douce étreinte,
Les mots que tu veux dire s’étouffent en une plainte…
Moi je serre sur mon coeur ce que j’ai de plus cher,
Nos pauvres vies s’unissent en un baiser amer…
O que les souvenirs restent à jamais muets !
Que j’oublie cet instant de bonheur que j’ai eu
Et qu’un instant plus tard tu allais me quitter !
Je serai seul et vieux et tu ne seras plus !

***

Mihai Eminescu (1850-1889) poète roumain – Traduction de Jean-Louis Courriol

Publicités